Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Sous le regard des autres

Sam. 31 Octobre 2009

Luc 14, 7-11 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Remarquant que les invités choisissaient les premières places, il leur dit cette parabole : 

« Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place, car on peut avoir invité quelqu'un de plus important que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendrait te dire : 'Cède-lui ta place', 

« et tu irais, plein de honte, prendre la dernière place. Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t'a invité, il te dira : 'Mon ami, avance plus haut', et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui sont à table avec toi. 

« Qui s'élève sera abaissé ; qui s'abaisse sera élevé. » 

 

 

Les noces de Cana, par He-Qi

 

 

Ce repas ne fait que commencer, la guérison de l'hydropisique n'était qu'un amuse-gueule ! Mais bien sûr c'est Luc qui a choisi de rassembler ces matériaux sur un seul repas ...

Surprenant quand même ce motif invoqué par Jésus pour éviter de se mettre en avant : le regard des autres, la désapprobation du monde. Comme si lui s'en était vraiment soucié et avait mené sa vie en fonction de ce seul critère.

Curieux aussi que cette petite anecdote soit intronisée comme 'parabole', alors qu'elle ne comprend ni récit ni comparaison ; on s'attend à ce qu'une parabole se base sur quelque chose de bien concret de la vie quotidienne, pour extrapoler ensuite à un domaine plus abstrait. Ici, nous avons plutôt un simple conseil de sagesse. Faut-il donc lire ce passage au second degré, comme se rapportant exclusivement au repas des noces eschatologiques dans le royaume ? On comprendrait mieux alors la honte d'avoir prétendu à trop d'honneur et l'honneur de s'être sous-estimé.

Il n'est pourtant pas sain non plus de se déprécier - cette culture de l'autoflagellation de nos parents ou grands-parents - et le mieux serait que nous sachions nous voir et juger tels que nous sommes. Mais c'est justement ce dont nous sommes incapables seuls, nous y avons besoin du regard des autres, ou de l'Autre. Et ce que nous dit ce texte, c'est simplement que, dans le doute, nous devons préférer la prudence.