Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Qui ça ?

Mer. 31 Mars 2010

Matthieu 26, 14-25 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Alors, l'un des Douze, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui proposèrent trente pièces d'argent. Dès lors, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. 

Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : « Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : 'Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c'est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.' » 

Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il leur déclara : « Amen, je vous le dis : l'un de vous va me livrer. » 

Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, l'un après l'autre : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Il leur répondit : « Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l'homme s'en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux l'homme par qui le Fils de l'homme est livré ! Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né ! » 

Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C'est toi qui l'as dit ! » 

 

 

Le repas d'Emmaüs, par He-Qi

 

 

Je suis un peu agacé de l'insistance de la liturgie catholique sur Judas : deux jours de suite, est-ce pour mieux se dédouaner, ou pour se culpabiliser ? Hier au moins, Jean mettait en parallèle le rôle de Judas et l'attitude de Pierre dans ces événements.

Judas est l'arbre qui nous cache la forêt. Sans doute a-t-il vraiment existé et a-t-il eu un rôle trouble dans la fin de Jésus, mais on ne voit pas qu'il était indispensable. Les antagonismes étaient de toute façon établis, l'issue certaine. Ce n'est pas Judas qui a arrêté, jugé et condamné Jésus. Peut-être a-t-il accéléré le dénouement, mais ce n'était vraiment qu'une question de temps.

Ce "c'est toi qui l'as dit" fait penser au "c'est toi qui le dis" qui va bientôt être adressé à Pilate quand il demandera à Jésus s'il est roi. Le sens précis d'ailleurs, dans les deux cas, devrait être au conditionnel. Pilate n'a pas prétendu que Jésus était roi, il posait la question, et la réponse de Jésus signifie que ce n'est en tout cas pas lui-même qui le prétend. Pour Judas aussi, même s'il s'est déjà entendu avec les chefs des prêtres, il n'a pas encore trahi, et Jésus ne veut pas influer sur sa décision finale.