Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Voie royale

Ven. 30 Avril 2010

Jean 14, 1-6 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

« Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. 

« Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. 

« Pour aller où je m'en vais, vous savez le chemin. » 

Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ?  Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » 

 

 

Sur la route d'Emmaüs, par He-Qi

 

 

Quant-à-moi, mon attention a été retenue par ces 'demeures que beaucoup pourront trouver'. La formulation ici n'est pas aussi nette, d'autres traductions donnent : 'Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures'.

C'est une réflexion qui est venue plus tard dans le processus de relecture effectué par les premiers chrétiens. Il leur a fallu d'abord accepter la réalité de la résurrection, puis comprendre que cette résurrection ne concernait pas que Jésus mais leur ouvrait à eux aussi un chemin. Bref, que nous aussi sommes appelés à ressusciter.

Est venue alors la question : s'il est vrai que le chemin est unique, n'y a-t-il alors qu'une façon de le suivre ? Il est particulièrement intéressant que ce soit Jean qui tienne ce propos, lui dont la communauté avait une tendance lourde au sectarisme, comme nous en avons déjà parlé ces jours-ci. J'y verrais bien un souvenir d'une parole effectivement prononcée par Jésus.

C'est la question du rôle des églises qui se pose ici : le chemin, c'est Jésus, pas les églises. Quant-à elles, étant donné qu'il est évident que leur raison d'être est de témoigner de leur foi, leur effort doit uniquement consister à ne pas obscurcir ce témoignage, à ne pas devenir un obstacle au désir de Jésus d'aller au devant, et d'être connu, de chacun. J'ai tendance ici à rejoindre nos frères musulmans et de nombreuses autres traditions religieuses : de Dieu, on ne peut pratiquement dire que ce qu'il n'est pas.

Chaque fois qu'il y a eu schisme, c'est parce qu'il y a eu volonté d'une partie d'imposer une définition positive de la foi. Et à l'inverse, il n'y a pas de saint qui ne soit entré en relation personnelle avec Jésus, transcendant l'image, la représentation, la définition, et qui n'ait, d'une façon ou d'une autre, bousculé les églises. Tant il est vrai qu'il n'y a pas une mais de nombreuses demeures dans la maison du Père.