Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Revenant

Sam. 30 Juillet 2011

Matthieu 14, 1-12 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

En ce temps-là, Hérode, prince de Galilée, apprit la renommée de Jésus et dit à ses serviteurs : « Cet homme, c'est Jean le Baptiste, il est ressuscité d'entre les morts, et voilà pourquoi il a le pouvoir de faire des miracles. » 

Car Hérode avait fait arrêter Jean, l'avait fait enchaîner et mettre en prison, à cause d'Hérodiade, la femme de son frère Philippe. En effet, Jean lui avait dit : « Tu n'as pas le droit de vivre avec elle. » Hérode cherchait à le mettre à mort, mais il eut peur de la foule qui le tenait pour un prophète. 

Lorsque arriva l'anniversaire d'Hérode, la fille d'Hérodiade dansa devant tout le monde, et elle plut à Hérode. Aussi s'engagea-t-il par serment à lui donner tout ce qu'elle demanderait. Poussée par sa mère, elle dit : « Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. » 

Le roi fut contrarié, mais à cause de son serment et des convives, il commanda de la lui donner. Il envoya décapiter Jean dans la prison. La tête de celui-ci fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui l'apporta à sa mère. Les disciples de Jean arrivèrent pour prendre son corps, l'ensevelirent et allèrent en informer Jésus. 

 

 

Le baptême de Jésus, par He-Qi

 

 

voir aussi : Hérode et sa conscience

Ce passage est l'occasion, pour Matthieu, d'effectuer un curieux glissement temporel. Nous commençons dans une situation où la mort de Jean est déjà du passé, puisque Hérode peut s'imaginer que Jésus est Jean ressuscité. Nous terminons par les disciples de Jean qui informent Jésus de sa mort, ce qui va faire partir Jésus au désert. Nous voyons ainsi que les évangiles ne sont pas un récit biographique, que leur propos n'est pas là.

L'hypothèse de Jésus comme manifestation de Jean ressuscité, qui signifierait que la personnalité ressuscitée de Jean serait venue habiter Jésus, ne s'accorde pas avec la résurrection à laquelle une partie des juifs croyait. Il s'agit ici de superstitions païennes, auxquelles un Hérode pouvait effectivement croire. Mais la raison pour laquelle Matthieu, comme les autres synoptiques, la rapportent, est qu'elle introduit le thème de la véritable résurrection, celle de Jésus, qui viendra ultérieurement.

Les miracles, dont Matthieu vient de faire la matière d'une section importante de son récit, devraient, selon lui, avertir l'auditeur. Non parce qu'ils seraient la conséquence d'une résurrection déjà effectuée. Mais parce qu'ils annoncent que Jésus est quelqu'un de particulier, et sa résurrection future éclairera alors rétrospectivement ces signes avant-coureurs. En bref, Matthieu prépare le terrain, pour que l'annonce de la vraie résurrection ne surprenne pas trop son public.