Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

À bon entendeur

Mar. 31 Juillet 2012

Matthieu 13, 36-43 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Alors, laissant la foule, il vint à la maison. Ses disciples s'approchèrent et lui dirent : « Explique-nous clairement la parabole de l'ivraie dans le champ. » 

Il leur répondit : « Celui qui sème le bon grain, c'est le Fils de l'homme ; le champ, c'est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du Royaume ; l'ivraie, ce sont les fils du Mauvais. L'ennemi qui l'a semée, c'est le démon ; la moisson, c'est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. 

« De même que l'on enlève l'ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l'homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume tous ceux qui font tomber les autres et ceux qui commettent le mal, et ils les jetteront dans la fournaise : là il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Celui qui a des oreilles, qu'il entende ! » 

 

 

La route d'Emmaüs, par He-Qi

 

 

voir aussi : Degré zéro de la parabole, La parabole pour les nuls

Oui, mais... y aura-t-il une "fin du monde" ? C'est le problème avec ce genre d'eschatologie, que plus le temps passe, plus on s'interroge et on doute. Si on résume cette parabole telle que la comprend Matthieu, elle dit de ne pas s'opposer aux "fils du Mauvais", aux mauvaises herbes, parce qu'ils ne perdent rien pour attendre, Dieu s'occupera d'eux en temps voulu.

C'est évidemment une très mauvaise raison. En procédant ainsi, on garde en soi le ressentiment, on se contente de le mettre de côté, dans une petite boîte, mais il est toujours là. Et "rien qui ne soit caché qui ne sera révélé un jour" ! Ceci est sans aucun doute absolument contraire aux enseignements de Jésus.

La parabole originale parlait seulement de plants jeunes au sujet desquels le risque aurait été trop grand de confondre entre les 'bons' et les 'mauvais'. Autrement dit, qu'on ne peut pas savoir ce que tel plant précis pourra donner, nous n'avons pas à en juger. En attendant une récolte future et qui n'a pas à être notre souci, nous avons à donner nos soins à toute la récolte.

Chemin faisant, peut-être apprendrons-nous à connaître ces 'mauvaises' herbes, et leur découvrirons-nous une utilité ? Rappelons-nous, la fameuse ivraie n'est jamais qu'une graminée. Son seul crime est de ne pas être la céréale que l'on souhaitait cultiver, mais elle peut fournir un très bon pâturage !

Ce qui est l'idéal pour nous ne l'est pas nécessairement pour tout le monde. Le christianisme peut être le chemin qui me mènera au paradis, et qui en mènera d'autres à l'enfer. Jésus, lui, nous invite à nous rappeler que notre vérité n'est que la notre. Nous n'avons pas à l'imposer.