Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Voie royale

Ven. 30 Avril 2010

Jean 14, 1-6 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

« Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. 

« Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. 

« Pour aller où je m'en vais, vous savez le chemin. » 

Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ?  Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » 

 

 

Sur la route d'Emmaüs, par He-Qi

 

 

Quant-à-moi, mon attention a été retenue par ces 'demeures que beaucoup pourront trouver'. La formulation ici n'est pas aussi nette, d'autres traductions donnent : 'Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures'.

C'est une réflexion qui est venue plus tard dans le processus de relecture effectué par les premiers chrétiens. Il leur a fallu d'abord accepter la réalité de la résurrection, puis comprendre que cette résurrection ne concernait pas que Jésus mais leur ouvrait à eux aussi un chemin. Bref, que nous aussi sommes appelés à ressusciter.

Est venue alors la question : s'il est vrai que le chemin est unique, n'y a-t-il alors qu'une façon de le suivre ? Il est particulièrement intéressant que ce soit Jean qui tienne ce propos, lui dont la communauté avait une tendance lourde au sectarisme, comme nous en avons déjà parlé ces jours-ci. J'y verrais bien un souvenir d'une parole effectivement prononcée par Jésus.

C'est la question du rôle des églises qui se pose ici : le chemin, c'est Jésus, pas les églises. Quant-à elles, étant donné qu'il est évident que leur raison d'être est de témoigner de leur foi, leur effort doit uniquement consister à ne pas obscurcir ce témoignage, à ne pas devenir un obstacle au désir de Jésus d'aller au devant, et d'être connu, de chacun. J'ai tendance ici à rejoindre nos frères musulmans et de nombreuses autres traditions religieuses : de Dieu, on ne peut pratiquement dire que ce qu'il n'est pas.

Chaque fois qu'il y a eu schisme, c'est parce qu'il y a eu volonté d'une partie d'imposer une définition positive de la foi. Et à l'inverse, il n'y a pas de saint qui ne soit entré en relation personnelle avec Jésus, transcendant l'image, la représentation, la définition, et qui n'ait, d'une façon ou d'une autre, bousculé les églises. Tant il est vrai qu'il n'y a pas une mais de nombreuses demeures dans la maison du Père.

Commenter cet évangile

A
<br /> <br /> @ Sagramor. Pardonnez-moi, vous avez raison : Théophile, par une allusion (II.24) semble bien indiquer qu'il est originaire de Mésopotamie (même si cette allusion soulève certains problèmes...).<br /> Ceci dit, n'hésitez pas à accorder e qualificatif "excellent" à Théophile plutôt qu'à moi : il a été plutôt mal jugé et mérite ce titre beaucoup plus que moi  (mais j'y reviendrai un de ces<br /> jours sur mon blog).<br /> <br /> <br /> Pour ce qui est des chantiers, peut-être nous y sommes nous croisés...<br /> <br /> <br /> Enfin, si le nom de notre hôte peut sembler déconcertant, il recèle un sens que je laisse à son porteur le soin de vous révéler<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br />  <br /> <br /> <br />  Oui,Anon,je partage votre état d'esprit,sur une confrontation empreinte de chaleur discursive et de grande civilité.<br /> <br /> <br /> Je vous remercie de nous donner l'occasion de nous exprimer ,sur votre site.<br /> <br /> <br /> Pour l'Excellent ALBOCIDADE,son site est de trés haute tenue et sa splendeur orthodoxe,ne peut qu'égayer nos ébats?<br /> <br /> <br /> Par contre,Cher Anon,j'ai du mal à vous appeler Anon,alors que pour ALBOCIDADE,je me suis transporté mentalement dans la  BYZANCE du V° Siècle,où l'on se saluait par des<br /> "Romanoî","Théotokos","Egal des Apôtres"...<br /> <br /> <br /> Formules aussi désuètes,que délicieuses.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
Vous auriez moins fière allure<br /> si, pour tout destrier,<br /> vous dussiez vous contenter<br /> de ma modestes monture.<br /> Sachez pourtant que j'eut la chance,<br /> ô noble et généreux Sagramor<br /> d'avoir sur mon dos porté<br /> ce Maître que vous cherchez<br /> et que toute mon espérance<br /> serait de le servir encore.
S
<br /> <br />  <br /> <br /> <br />  Super!! ALBOCIDADE est en grande forme,on va s'éclater.<br /> <br /> <br /> Bon,ça fait trente ans que je cours d'un chantier à l'autre,plutôt que les bibliothèques,mais pour connaître Dieu , la démarche apophatique, est le dernier recours pour les cas difficiles<br /> d'interprétation.<br /> <br /> <br /> Heureusement que nous avons Grégoire le Sinaîte et Saint Grégoire Palamas,pour définir Dieu,par sa production énergétique.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />   Essence divine , imparticipable_______ Energies divines,participables.<br /> <br /> <br /> ___________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> S'agissant de Théophile D'Antioche ,il ne nous reste de lui que son "Autolicus" et il est connu pour n'être qu'un rhéteur emprunteur d'idées,qu'il ne maîtrisait pas.<br /> <br /> <br /> Ceci étant,il n'est pas Syrien,mais Syriaque de Mésopotamie,tout comme son comparse Tatien.D'ailleurs, l'aire linguistique Syriaque comprend,à compter du Premier Siècle, l'actuelle Syrie et<br /> englobe toute la Mésopotamie,dont il est paradoxalement originaire,en cela que le Syriaque aurait dû s'appeler le Mésopotamien.<br /> <br /> <br /> _____________________________________________________________________________<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />   Bon ,soyons sérieux ,je me replonge dans mes livres et je réponds sur le fond.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />             Bonne soirée.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Effectivement, la traduction proposée est ... étonnante, je me demande même où ils sont allé la chercher. Le<br /> texte donne simplement : "dans la maison de mon Père, il y a plusieurs lieux où s'arrêter" (le terme "monè" désigne plutôt un lieu pour séjourner, comme une auberge, qu'un domicile.<br /> Cependant, ces "nombreux lieux de repos" sont dans la maison du Père, lieu d'éternité par excellence).<br /> Ce passage me semble un des plus énigmatiques de l'évangile. A vrai dire, j'aurais aimé trouver ce que Joachim Jeremias a pu avoir à en dire… hélas, il n'aborde pas ce texte dans sa Théologie du<br /> NT… dommage, car je subodore des allusions que des Juifs de l'époque pouvaient immédiatement saisir et qui nous échappent.<br /> Restent les commentaire<br /> Je ne reviendrais pas sur le commentaire de St Augustin qui y voit différents niveaux de béatitudes (je ne suis pas certain que ce soit ce qu'il ait écrit de plus pertinent…)<br /> Mais ce qu'en dit St Jean Chrysostome n'est pas mal venu : "On peut rattacher ces paroles à ce qui précède. Le Seigneur avait dit à Pierre : "Là où je vais tu ne peux me suivre maintenant,<br /> mais tu me suivra par la suite." (Jn 13.36) Or, les disciples auraient pu regarder cette promesse comme faite exclusivement à Pierre, c'est pour cela qu'il leur dit ici : "Il y a un grand nombre<br /> de demeures dans la maison de mon Père", c'est-à-dire, le palais que je destine à Pierre vous est également destiné, car il y a dans ce palais un grand nombre de demeures, et il n'y a point à<br /> objecter qu'elles ont besoin d'être préparées, car il s'empresse d'ajouter : "S'il en était autrement, je vous l'aurais dit, je vais vous préparer une place."<br /> De même, St Théophylacte le bulgare note "Ne semble-t-il pas leur dire, en effet : Que les demeures soient préparées ou non, vous ne devez pas vous troubler, car en supposant qu'elles ne le<br /> soient pas, je vais moi-même vous les préparer avec toute la sollicitude possible ?"<br /> <br /> Sur cette assertion d'Anon : "le chemin, c'est Jésus, pas les églises" : bien sûr !<br /> L'Eglise a pour rôle d'être témoin du Christ, d'annoncer au monde que "la Voie, la Vérité et la Vie, c'est Jésus ; et que nul ne vient au Père que par lui".<br /> <br /> Quant à "de Dieu, on ne peut pratiquement dire que ce qu'il n'est pas", nul besoin d'aller se servir ici ou là… La "théologie apophatique" (désolé pour ce "gros" mot) est une des bases<br /> de la théologie chrétienne. Je me contenterai de citer une fois encore le très ancien Théophile d'Antioche (qui d'ailleurs est Syrien héllenique, pour un évêque de Mésopotamie, je recommande<br /> Théodore Abu Qurrah), si cher au cœur de Sagramor :<br /> "L'aspect de Dieu est ineffable, inexprimable et ne peut être vu avec les yeux charnels. Sa gloire le rend sans limite, sa grandeur sans borne, sa hauteur au dessus de toute idée, sa force<br /> incommensurable, sa sagesse sans équivalent, sa bonté inimitable, sa bienfaisance indicible." (A Autolycus, I. 3)<br /> <br /> Bon, j'arrête pour ce soir<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
Pour reprendre ce que me disait hier Sagramor, j'approuve évidemment sa remarque sur l'importance et la richesse de la rencontre personnelle de chacun avec le texte des Ecritures. Depuis six mois quotidiennement sur ce site, je peux témoigner que pas une seule fois je n'ai été enrichi de cette 'confrontation'. <br /> Et je soulignerais aussi, je trouve qu'aujourd'hui en est un exemple particulièrement réussi, cette quatrième dimension qu'apporte le partage à plusieurs du résultat de ses méditations dans un état d'esprit de respect de chacun où les différences, au lieu d'être source d'affrontement, sont au contraire porteuses de fructueux enrichissements.<br /> Merci à vous deux, Albocicade et Sagramor, à tous ceux qui sont déjà passés par ce site, et à tous ceux qui y viendront. Au souffle de l'Esprit !
S
<br /> <br />  <br /> <br /> <br />   Pour , demeures= Eglises ,je serais plutôt d'avis,qu'il s'agit d'un niveau de fusion de l'homme dans Dieu,et/ou un choix d'activité célébrant Dieu,je précise:<br /> <br /> <br />           - niveau=échelle , partant du baptisé,puis l'homme pieux,puis le saint...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />           - activité dédiée à Dieu ce peut être,le compositeur de musique liturgique,l'organiste,le garde suisse,le diacre....<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />   Difficile de trancher,mais,je serais tenté d'argumenter de la manière suivante:<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />                .L'argument d'exclusion<br /> <br /> <br />                     Jésus donne son Eglise à Pierre,cela rend impossible l'existence d'autres Eglises.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />                .La construction amphibologique de la phrase<br /> <br /> <br />                     Dans le discours religieux de l'époque,c'est une double signification,qui interpelle et intrigue,mais n'impose pas un sens.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
Je n'entendais pas demeures au sens de églises, j'ai été trop éliptique dans mon expression. Je rapproche ces nombreuses demeures des formes de sainteté. On dit parfois qu'il y a autant de formes de sainteté que de saints. C'est-à-dire que, bien que le chemin soit unique, Jésus-Christ, chacun a pourtant à inventer le sien, propre. Le rôle des églises (ou de l'Eglise unique spirituelle) ne peut alors pas être de dire comment chacun va trouver cette forme.<br /> <br /> Les églises ont ce rôle irremplaçable que, sans elles, nous ne saurions même plus que Jésus a existé ! Je considère qu'elles sont un peu comme Jean-Baptiste : celles qui préparent le chemin. Mais elles ne doivent pas prétendre à plus. En ce sens, elles doivent se limiter à dire, prudemment, ce qui ne peut pas être le vrai.<br /> Ensuite, c'est une histoire personnelle entre chacun et Jésus. Enfin, pas tant personnelle, parce qu'elle peut avoir de l'intérêt pour les autres aussi. Mais c'est un autre aspect de la question.
S
<br /> <br />  <br /> <br /> <br />  Excellent ALBOCICADE,je suis heureux de vous rencontrer sur  ce morceau d'Evangile,qui nous émeut.<br /> <br /> <br />    Je suis bien d'accord avec vous,même si la menace de la mort rôde,il ne tombe pas sous le sens pour ses disciples,qu'il vient tout juste de l'évoquer.<br /> <br /> <br /> J'irai plus loin encore,ses disciples aprés l'écoute attentive de son dernier propos,ne peuvent penser qu'à un chemin physique,une sorte de passage secret, lui permettant de se faufiler entre les<br /> hommes qui le recherchent.<br /> <br /> <br /> Comment pourraient-ils imaginer , que sa mort leur ouvre le chemin?<br /> <br /> <br /> La réalité tangible,s'insurge contre l'option surnaturelle qu'avance Jésus.<br /> <br /> <br /> Quel homme,avant lui,s'est servi de sa propre mort pour échapper à ses poursuivants?<br /> <br /> <br /> Et pour aller plus loin encore une fois,ses disciples ne pouvaient penser qu'à un prodige de sa part,ils lui accordent la capacité de l'opérer,comme le dénote la question de Thomas.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Si je ne devais garder qu'un tout petit morceau d'Evangile, ce serait l'Evangile tout entier <br /> En effet, si la dernière phrase de ce passage claque comme un feu d'artifice et fait tressaillir le cœur de joie, il ne faudrait pas, par une lecture un peu trop rapide, faire un contre-sens sur<br /> ce qui précède.<br /> La question "nous ne savons même pas où tu vas" est sincère, évidente. Elle avait déjà été posée (in petto) par des pharisiens, sans obtenir de réponse (Jean 7.33-36 et Jean 8.21-22)<br /> En effet, il ne tombe absolument pas sous le sens pour un auditeur, fut-il proche, que Jésus parle de sa mort. Ne s'agit-il pas de créer un "centre de formation", une "école de disciples" en<br /> quelque lieu retiré, soit dans le désert (comme les "Esseniens") soit à l'étranger (Alexandrie ou Damas, par exemple, comportaient de fortes communautés juives).<br /> Le ton dynamique "je pars… quand je serai allé… je reviendrai…" laisse à supposer une démarche volontaire de la part de Jésus, au point que (Jn 8) des pharisiens (alors que Jésus dit "vous ne<br /> pourrez me suivre") s'interrogent pour savoir si effectivement Jésus ne va pas se suicider.<br /> Et la dernière phrase donne la clef : ce n'est pas dans un "lieu" que Jésus veut les conduire, mais auprès du Père.<br /> Ceci dit, oui, cette dernière phrase est un diamant qui brille au cœur !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br />  <br /> <br /> <br />   Si je ne devais garder qu'un tout petit morceau d'Evangile,ce serait celui là.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Nous sommes dans la tension de la dernière Pâques de Jésus,le drame annoncé approche et il déclare à ses disciples , qu'il va  tranqillement rejoindre son Père,dans sa maison.<br /> <br /> <br /> Jésus ignore et évacue la réalité du monde,ne partage pas le bouleversement de ses disciples,alors que s'il était de même nature qu'eux,il devrait être le plus angoissé.<br /> <br /> <br /> Jésus,en cette circonstance,s'exclut du temps présent et paradoxalement fait montre d'allégresse,c'est tout à fait déconcertant pour les simples hommes qui l'entourent.<br /> <br /> <br /> La question de Thomas va fonctionner comme un rappel à la réalité  que vivent les disciples,en fait,elle sert aussi à renforcer l'effet  de ce qui est pour moi,le contenu même du rôle<br /> de Jésus Christ:<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />     " Je suis le Chemin,la Vérité et la Vie;personne ne va vers le Père sans passer par moi.".<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre