Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Voir double

Sam. 5 Mai 2012

Jean 14, 7-14 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

« Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu.  Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »

 Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : 'Montre-nous le Père' ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; mais c'est le Père qui demeure en moi, et qui accomplit ses propres oeuvres. Croyez ce que je vous dis : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des oeuvres. 

« Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes oeuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père. Tout ce que vous demanderez en invoquant mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous me demandez quelque chose en invoquant mon nom, moi, je le ferai. » 

 

 

La prière à Gethsemani, par He-Qi

 

 

voir aussi : Ce n'est qu'un début, Son et Image

Nous voyons bien ici à quel point cette nouvelle représentation de Dieu apportée par Jésus, le Père, ne fut pas évidente à comprendre par ses coreligionnaires. La question posée par Philippe semble indiquer qu'il se le représentait plutôt comme une déité, peut-être un ange, ou un homme au rôle important dans l'histoire du salut, à la manière du Messie, que comme une façon de parler de Dieu lui-même. Et la réponse de Jésus n'a pas dû beaucoup l'aider.

Jésus dit simplement de le regarder, lui, comment il fait entièrement confiance au Père, quelle relation de proximité, simple, directe, il a avec lui, et qu'ils en fassent autant. Qu'eux aussi se débarrassent de leurs à priori, de l'être effrayant qui intervenait dans le tonnerre et les éclairs au Sinaï, de celui qui ouvrit une brèche dans la mer Rouge et y engloutit les Égyptiens lancés à leur poursuite. Non que le dieu de l'Alliance soit caduque, mais qui pourrait, honnêtement, entretenir une quelconque relation avec lui, à part un Moïse, en son temps ?

Cela nous semble peut-être évident de nos jours, surtout si nous avons baigné dans la culture chrétienne. Sans doute est-ce là un des effets les plus évidents et incontestables du renouvellement de notre rapport à l'Esprit que permit la résurrection. Alors, qu'attendons-nous pour nous abandonner entièrement entre ses mains ?

Commenter cet évangile