Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Après la pluie...

Jeu. 17 Mai 2012

Jean 16, 16-23 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

« D'ici peu, vous ne me verrez plus ; et, encore un peu après, vous me reverrez. » 

Alors, certains de ses disciples se dirent entre eux : « Que signifie ce qu'il nous dit là : 'D'ici peu, vous ne me verrez plus ; et, encore un peu après, vous me reverrez.' Et cette autre parole : 'Je m'en vais auprès du Père' ?  Ils disaient donc : « Que signifie ce peu de temps ? Nous ne savons pas de quoi il parle. » 

Jésus comprit qu'ils voulaient l'interroger, et il leur dit : « Vous discutez entre vous parce que j'ai dit : D'ici peu, vous ne me verrez plus ; et, encore un peu après, vous me reverrez. Amen, amen, je vous le dis : vous allez pleurer et vous lamenter, tandis que le monde se réjouira. Vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie. 

« La femme qui enfante est dans la peine parce que son heure est arrivée. Mais, quand l'enfant est né, elle ne se souvient plus de son angoisse, dans la joie qu'elle éprouve du fait qu'un être humain est né dans le monde. Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai, et votre coeur se réjouira ; et votre joie, personne ne vous l'enlèvera. 

« En ce jour-là, vous n'aurez plus à m'interroger.Amen, amen, je vous le dis : si vous demandez quelque chose à mon Père en invoquant mon nom, il vous le donnera. » 

 

 

L'arche de Noé, par He-Qi

 

 

voir aussi : Accouchement, Renaissance

Il est sans doute excessif de dire que le monde se soit réjouit de la mort de Jésus. D'abord parce que ceux qui l'ont voulue réellement, qui ont poussé à la manoeuvre jusqu'au bout, étaient peu nombreux. Et ensuite parce que leurs motifs n'étaient pas principalement de défendre leurs points de vue ni même leurs intérêts personnels.

Depuis quelques dizaines d'années, le motif strictement religieux de la condamnation de Jésus a été volatilisé par les avancées de nos connaissances du milieu juif de l'époque. On pensait effectivement auparavant le judaïsme des premiers siècles similaire à ce qu'il est devenu par la suite, relativement hiérarchisé et consensuel. À partir de découvertes de Qumram, on s'est progressivement rendu compte qu'il n'en était rien. Le judaïsme de l'époque de Jésus est une nébuleuse de groupuscules, de tendances, de sectes, dans laquelle il est possible d'avoir des positions extrêmement adverses, voire haineuses. La démarche de Jésus a bien sûr suscité des désaccords, mais elle n'était pas agressive comme celle des esséniens par exemple. De plus, les seuls qu'elle pouvait gêner étaient les pharisiens, qui n'avaient pas les moyens de le faire condamner. Le motif religieux ne tient pas.

Le motif économique ne tient pas beaucoup plus. Il est certain que Jésus n'a pas été tendre envers l'institution du Temple, dont dépendaient la fortune et la position sociale des sadducéens. Pour autant il semble que ce sont plutôt les excès qu'il a condamnés. En en chassant les marchands, il se faisait quand même le défenseur d'un lieu de présence de Dieu, centre et symbole de l'unité du judaïsme. Personne n'était dupe des abus de pouvoir qu'en tiraient les sadducéens. Les esséniens rêvaient de le récupérer à leur profit, la plupart des gens se contentaient de râler plus ou moins, mais personne n'aurait osé prôner de le déserter définitivement, d'abandonner le symbole et le lieu. Pas même Jésus.

Ne reste qu'un seul motif, de stricte politique réaliste dans un contexte d'occupation, celui exposé par Caïphe au sanhédrin réticent : la peur que l'agitation populaire provoquée par le charisme de Jésus n'entraîne une répression massive et sanglante des romains. Jésus n'était pourtant pas le seul de ces fauteurs de troubles, il y avait aussi de nombreux illuminés ou brigands 'patriotiques' qui soufflaient sur les braises du mécontentement général tant nationaliste que social. Mais justement Jésus n'était pas du tout de ce type, c'était un pacifiste, un rêveur. Beaucoup plus facile à attraper !

Commenter cet évangile