Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Bilan d'étape

Sam. 28 Avril 2012

Jean 6, 60-71 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, s'écrièrent : « Ce qu'il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l'écouter ! » Jésus connaissait par lui-même ces récriminations des disciples. Il leur dit : « Cela vous heurte ? Et quand vous verrez le Fils de l'homme monter là où il était auparavant ?... C'est l'esprit qui fait vivre, la chair n'est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas, et celui qui le livrerait. 

Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. » A partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s'en allèrent et cessèrent de marcher avec lui. 

Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu. » Jésus leur dit : « N'est-ce pas moi qui vous ai choisis tous les douze ? Et l'un de vous est un démon ! » Il parlait de Judas, fils de Simon Iscariote, car celui-ci allait le livrer ; et pourtant, c'était l'un des Douze. 

 

 

L'appel des disciples, par He-Qi

 

 

voir aussi : Lignes de fracture, Résultats des partielles

C'est Jean qui souligne le mieux, à travers un épisode comme celui d'aujourd'hui, que la popularité de Jésus n'a pas été constante tout au long de son ministère public. Dans un premier temps, les signes qui accompagnaient son enseignement lui ont vite valu une grande renommée. Il n'est pas exagéré de penser que des foules se déplaçaient effectivement à sa rencontre, et que de nombreuses personnes le suivaient même en permanence. Puis progressivement l'enthousiasme est retombé, les uns et les autres ont décroché, jusqu'à la fin sur la croix, où il n'est même pas sûr qu'il restât encore quelqu'un à ses côtés.

Jean nous décrit donc un de ces temps de rupture, où des adeptes sont déçus et décident d'abandonner la partie. Il va sans dire qu'il y a très peu de chance que cet épisode soit réel. Jean suit son dessein théologique, et veut souligner cette pierre d'achoppement que représente, dans son temps, bien après les événements, le repas eucharistique. La question de savoir si Jésus a réellement institué ce repas, et de la signification qu'il a pu y mettre, est déjà tellement sujet à discussions, qu'il n'est pas crédible qu'il ait pu en soulever le thème avant les tous derniers moments de sa vie.

On mesure ici à quel point les évangiles ne sont pas des récits historiques. La raison pour laquelle Jésus a été progressivement délaissé par les foules et ses admirateurs, c'est simplement son refus d'entrer dans toute perspective de prise du pouvoir. Et c'est ce fait, qui a d'une part provoqué les désaffections de la plupart, et d'autre part entretenu un mécontentement caché chez ceux, comme Judas semble-t-il, mais il n'était sans doute pas le seul, qui n'osaient pas s'en aller.

Commenter cet évangile