Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Abandon par forfait

Lun. 4 Juin 2012

Marc 12, 1-12 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Jésus se mit à leur parler en paraboles : « Un homme planta une vigne, il l'entoura d'une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage. Le moment venu, il envoya son serviteur auprès des vignerons pour se faire remettre par ceux-ci ce qui lui revenait du produit de la vigne. 

« Mais les vignerons se saisirent du serviteur, le frappèrent, et le renvoyèrent sans rien lui donner. De nouveau, il leur envoya un autre serviteur ; et celui-là, ils l'assommèrent et l'insultèrent. Il en envoya encore un autre, et celui-là, ils le tuèrent ; puis beaucoup d'autres serviteurs : ils frappèrent les uns et tuèrent les autres. 

« Il lui restait encore quelqu'un : son fils bien-aimé. Il l'envoya vers eux en dernier. Il se disait : 'lls respecteront mon fils.' Mais ces vignerons-là se dirent entre eux : 'Voici l'héritier : allons-y ! tuons-le, et l'héritage va être à nous !' Ils se saisirent de lui, le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne. 

« Que fera le maître de la vigne ? Il viendra, fera périr les vignerons, et donnera la vigne à d'autres. N'avez-vous pas lu ce passage de l'Écriture ?La pierre qu'ont rejetée les bâtisseursest devenue la pierre angulaire. C'est là l'oeuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! » 

Les chefs des Juifs cherchaient à arrêter Jésus, mais ils eurent peur de la foule. (Ils avaient bien compris que c'était pour eux qu'il avait dit cette parabole.) Ils le laissèrent donc et s'en allèrent. 

 

 

Les espions reviennent de Canaan, par He-Qi

 

 

voir aussi : Pigeon voyageur, Accusations à mots couverts

C'est une parabole qui parle d'elle-même : le peuple hébreux avait reçu une terre, Dieu avait fait alliance avec lui, mais ils n'ont eu de cesse de persécuter les prophètes qu'il leur envoyait régulièrement pour les rappeler à leurs devoirs. Pour finir, il leur a envoyé son fils, Jésus, et lui aussi ils l'ont rejeté. Ils vont être, ou ont été, punis, et Dieu fait une nouvelle alliance, avec un nouveau 'peuple', les chrétiens. Mais Dieu peut-il ainsi se parjurer, même si le peuple élu a commis les pires infidélités ? Alors on fait appel à cette citation de la pierre d'angle, et le tour est joué.

On est évidemment en contradiction complète avec l'enseignement de Jésus. Nous, nous devrions pardonner jusqu'à soixante dix fois sept fois, c'est-à-dire jusqu'à l'infini, mais Dieu n'y serait pas tenu ? Jésus est venu nous parler du père qui aime tous ses enfants d'un amour inconditionnel et sans limites, mais ses premiers disciples, eux, sont limités. Et, trop c'est trop, quand ils se retrouvent en butte à l'ostracisme de la synagogue à leur égard, ils franchissent la ligne jaune. Au lieu de laisser l'ivraie pousser librement avec le bon grain jusqu'à la moisson, ils prétendent s'approprier l'héritage pour eux seuls, en en spoliant le fils aîné.

Luc, au moins, dans la parabole dite du fils prodigue, ne se permettait pas de trancher, laissant la porte ouverte au fils aîné. Mais il est vrai que Luc est moins directement concerné que Marc, il n'est pas juif d'origine, il vit en-dehors d'Israël et à une époque où la rupture entre l'église et la synagogue est consommée. Marc, lui, vit dans sa chair ces déchirements. On peut le comprendre, même si on ne peut plus le suivre de nos jours sur ce point.

Commenter cet évangile