Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

À quoi pensent les hommes

Jeu. 9 Août 2012

Matthieu 16, 13-23 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l'homme, qui est-il, d'après ce que disent les hommes ? » Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d'autres, Élie ; pour d'autres encore, Jérémie ou l'un des prophètes. » 

Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » 

Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu'il était le Messie. A partir de ce moment, Jésus le Christ commença à montrer à ses disciples qu'il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des chefs des prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. 

Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t'en garde, Seigneur ! cela ne t'arrivera pas. » Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route ; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » 

 

 

Le paradis perdu, par He-Qi

 

 

voir aussi : Drôle de Messie, Et vous, que dites-vous ?

Comment Jésus aurait-il pu accepter d'être pris pour le Messie ? La figure du Messie est très chargée politiquement. Le Messie implique la notion de royauté terrestre, or nous avons vu qu'à la suite de l'épisode dit de la 'multiplication des pains', Jésus refuse catégoriquement le rôle de roi que la foule, et ses disciples, veulent lui faire endosser. Comment donc, après s'être difficilement dépêtré de ce guêpier, Jésus viendrait-il y remettre volontairement le pied en acceptant désormais ce titre de Messie ?

C'est précisément ce que nous raconte ce passage, pour peu qu'on enlève la longue tirade de Jésus où il est censé louer Pierre de son idée, mais qui a surtout pour objectif d'asseoir la primauté de ce dernier auprès des premières communautés chrétiennes. Nous avons ici en fait la suite directe du malheureux épisode de la multiplication des pains. Jésus doit enlever de la tête de ses disciples cette idée qu'il pourrait être roi. Ce n'est pas sa vocation, il le sait. S'il doit se référer à une figure biblique, lui, c'est plutôt celle du serviteur souffrant d'Isaïe, comme il le leur détaille en parlant de sa future Passion.

Après leur avoir donc demandé pour qui ils le prenaient, et qu'ils lui aient dit qu'ils le considéraient comme le Messie, Jésus interdit aux disciples de ne jamais dire ça. La traduction "il ordonna aux disciples de ne dire à personne" est en effet influencée par la volonté de rester cohérent avec l'hypothétique louange de Pierre qui précède. Mais μηδενὶ, qui est traduit par 'à personne', peut aussi bien signifier 'pas une seule fois'. Et pendant qu'on est sur l'original grec du texte, ἐπετίμησεν, que nous traduisons par 'ordonna', 'interdit', est un terme religieux qui a le sens précis de : mettre en garde solennellement contre une attitude pécheresse.

On voit donc qu'il ne s'agit pas du tout ici de prudence, pour ne pas répandre prématurément une information que les gens ne seraient pas encore prêts à entendre et interpréteraient de manière erronée. L'interdiction de prendre Jésus pour le Messie s'adresse autant aux disciples, et même surtout à eux, en premiers. On comprend mieux aussi la réaction de Jésus qui va suivre encore, lorsque Pierre ne veut pas comprendre et renoncer à son point de vue : arrière, Satan ! Je t'avais prévenu, Pierre, que ces prétentions sont un péché, mais toi tu t'obstines, tu fais donc le jeu du démon.

Commenter cet évangile