Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Quitte ou double

Mar. 21 Août 2012

Matthieu 19, 23-30 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Et Jésus dit à ses disciples : « Amen, je vous le dis : un riche entrera difficilement dans le Royaume des cieux. Je vous le répète : il est plus facile à un chameau de passer par un trou d'aiguille qu'à un riche d'entrer dans le Royaume des cieux. » 

Entendant ces paroles, les disciples furent profondément déconcertés, et ils disaient : « Qui donc peut être sauvé ? » Jésus les regarda et dit : « Pour les hommes, c'est impossible, mais pour Dieu tout est possible. » 

Alors Pierre prit la parole et dit à Jésus : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre : alors, qu'est-ce qu'il y aura pour nous ? » Jésus leur déclara : « Amen, je vous le dis : quand viendra le monde nouveau, et que le Fils de l'homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m'avez suivi, vous siégerez vous-mêmes sur douze trônes pour juger les douze tribus d'lsraël. Et tout homme qui aura quitté à cause de mon nom des maisons, des frères, des soeurs, un père, une mère, des enfants, ou une terre, recevra beaucoup plus, et il aura en héritage la vie éternelle. Beaucoup de premiers seront derniers, beaucoup de derniers seront premiers. » 

 

 

Moïse bénit Israël, par He-Qi

 

 

voir aussi : On ne perd rien pour attendre ?, Le grand soir

Nous continuons aujourd'hui sur le thème des richesses, introduit hier avec le jeune homme riche. Pas de surprise, la richesse est bien un obstacle, une entrave, une incompatibilité incontournable. Autant essayer de faire passer un chameau (ou plutôt sans doute un câble) par le chas d'une aiguille ! Si l'on est un tant soit peu honnête avec soi-même, on renchérit avec les disciples : mais alors, personne ne peut être sauvé ! En effet, nous sommes toujours des riches par rapport à d'autres plus pauvres que nous.

Ouf ! nous disons-nous, Jésus nous rassure quand même : « Pour les hommes, c'est impossible, mais pour Dieu tout est possible. » Certains comprennent effectivement ici qu'ils peuvent se dédouaner de tout effort en la matière, puisque c'est de toute façon impossible, il suffira de s'en remettre à la grâce de Dieu. Et pour la mériter, sans doute que de bien faire nos prières tous les jours, aller à la messe tous les dimanches, et autres fariboles du même tonneau, devraient faire l'affaire.

Sauf que, bien sûr, ce n'est pas ça qui va remplir l'estomac de celui qui meurt de faim à notre porte.. Oui, nous sommes incapables par nous-même de renoncer à ces moyens illusoires de nous rassurer que sont nos richesses, tant matérielles, qu'affectives, intellectuelles, spirituelles. Il n'y a qu'un moyen, c'est en nous ouvrant à ce Dieu qui nous parle par nos prochains, les autres. Il n'y a qu'en nous ouvrant, en nous décentrant de nous-même en nous laissant toucher par l'autre, que nous pouvons dépasser notre égoïsme sans nous sentir démunis pour autant.

Alors, la suite du texte nous laisse très mitigés. Est-ce vraiment ça que Jésus enseignait ? Choisir la pauvreté parce qu'on en espère une récompense dans le ciel, un trône de juge, des femmes en veux-tu en voilà, et une maison différente pour chaque jour ? Évidemment non. Nous sommes dans les relectures des premières communautés, dans les ambitions des auto-proclamés responsables, et dans la propagande de recrutement de nouveaux adeptes. Et nous sommes même atterrés à quel point le sens s'est si vite perdu et perverti.

Commenter cet évangile