Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Et la fête continue

Mar. 28 Août 2012

Matthieu 23, 23-26 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous payez la dîme sur la menthe, le fenouil et le cumin, mais vous avez négligé ce qu'il y a de plus grave dans la Loi : la justice, la miséricorde et la fidélité. Voilà ce qu'il fallait pratiquer sans négliger le reste. Guides aveugles ! Vous enlevez le moucheron avec un filtre, et vous avalez le chameau ! 

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous purifiez l'extérieur de la coupe et de l'assiette, mais l'intérieur est rempli de cupidité et d'intempérance ! Pharisien aveugle, purifie d'abord l'intérieur de la coupe afin que l'extérieur aussi devienne pur. » 

 

 

Le lavement des pieds, par He-Qi

 

 

voir aussi : Coupe sombre, Commencements

Tout a été dit, ces jours-ci. Quand on perd de vue l'objectif, le fond, et qu'on ne se raccroche qu'à la forme, on en arrive effectivement à une image aussi savoureuse que celle de filtrer le moucheron et avaler le chameau. Le ton très dur de ces sept malédictions, dont nous avons aujourd'hui la quatre et la cinq, est de Matthieu, mais cette image, elle, vient presqu'à coup sûr de Jésus. Et il est dommage qu'elle nous soit arrivée dans ce contexte de haine exacerbée. Faisons abstraction du climat d'invectives, c'est une sentence pleine d'humour, sans doute pas capable à elle seule de provoquer le retournement de l'interlocuteur, mais au moins de le détendre par le partage d'un moment de rire ou se sourire.

D'une manière générale, les évangiles ne nous donnent pas une image très rigolote de Jésus. Il y a pourtant de nombreux signes comme celui-ci, notamment dans les paraboles, qui peuvent donner à penser qu'il ne manquait pas d'humour, qui révèlent même un esprit très joueur, sans doute pas léger, mais plein de finesse. Certainement eut-il une évolution à ce sujet au cours de son ministère. La période de la montée à Jérusalem, avec la perspective de son arrestation et de sa mort, devait peser bien lourd sur son moral. Mais la période Galiléenne, où tout semblait encore possible, fut sûrement parsemée de bons moments joyeux, voire de franches rigolades.

Nous devons bien comprendre que pas un mot des évangiles n'a été écrit juste pour le 'fun', pour le seul plaisir de se rappeler un bon souvenir, ou un mauvais non plus, d'ailleurs. Tout est pesé, déterminé, en fonction des besoins et des objectifs des communautés qui élaborent le récit. Et ces communautés ont déjà un embryon de théologie, quelques idées force, comme par exemple "il est ressuscité", à faire passer. Montrer un Jésus capable de s'amuser ne nuirait pas à leur discours, mais ils n'estimaient pas non plus que ça puisse y apporter quelque chose. Dans leur esprit, cela aurait été une digression, inutile, détournant l'attention de l'essentiel.

C'est aussi, qu'à l'époque où les évangiles ont été écrits, la réalité de l'existence de Jésus ne faisait pas encore de doute, c'était une question hors propos. Mais pour nous qui venons si longtemps après, de telles inutilités nous seraient d'une aide précieuse. Nous souffrons d'un énorme déficit d'humanité de l'homme Jésus, de détails concrets, sans incidence sur le fond de son message et de son rôle, mais qui permettraient de nous le rendre plus réel, plus vivant. C'est le drame de l'histoire du christianisme. Nous disons 'vrai homme et vrai dieu', mais nous devons faire un effort constant pour ne pas laisser l'homme, Jésus, s'effacer derrière l'icône du dieu, le Christ, le Fils, etc... Puissent ces petites pépites, comme le moucheron et le chameau, nous y aider, si nous apprenons à nous y arrêter !

Commenter cet évangile