Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Les plus courtes...

Jeu. 21 Juin 2012

Matthieu 6, 7-15 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

« Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l'ayez demandé. 

« Vous donc, priez ainsi :Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié. Que ton règne vienne ;que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient. Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal. 

« Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes. » 

 

 

La prière à Gethsemani, par He-Qi

 

 

voir aussi : Ça dit tout, Tout en un, Prière mère, La prière, Papa !

Ici, comme hier, il ne faudrait pas s'imaginer que Jésus lui-même priait avec ces mots. Quand les évangiles parlent de Jésus priant, c'est toujours de longues périodes qu'il s'agit (toute la nuit, par exemple). Il est évident qu'il n'y passait pas son temps à répéter ces mots, ni d'autres d'ailleurs. Pour Jésus, prier, c'est entrer en relation avec ce père, à l'intérieur de soi, et cela consiste uniquement à l'écouter, non à lui parler !

Ceci dit, pour ses disciples, comme pour tous les juifs de l'époque, prier signifie toujours dire des mots, de préférence à haute voix, et en public. Ils n'ont aucune idée de ce que lui veut leur apprendre. Il est donc probable, vraisemblable, qu'il leur a donné cette prière comme étape pédagogique. Dans un premier temps, ils allaient s'efforcer d'entrer dans la concision, au lieu des tirades infinies et à rallonges, ou de la répétition incessante, auxquelles ils étaient habitués.

Ils ont donc été invités à se contenter de ces quelques mots. Ils contiennent effectivement tout ce que nous pouvons avoir besoin de dire, avant d'entrer dans le silence. On peut s'en passer, bien sûr, et plonger directement dans l'écoute, si on en est par bonheur capable. Mais sinon, il est bon alors d'en respecter l'esprit : bien prendre son temps, ne pas se précipiter pour arriver jusqu'au bout ! Savourer chaque membre de phrase, le laisser résonner, évoquer des échos, et laisser ces échos s'éteindre. On pénétrera alors, progressivement, sans s'en rendre compte, dans l'oraison. Et dès que la paix est là, ok, on n'est pas obligé d'aller jusqu'au dernier mot ! Au contraire, on y est, on est arrivé où l'on voulait !

Commenter cet évangile