Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Spécialisation médicale

Ven. 6 Juillet 2012

Matthieu 9, 9-13 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit : « Suis-moi. » L'homme se leva et le suivit. 

Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient aux disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » 

Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que veut dire cette parole : C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices. Car je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs. » 

 

 

La route d'Emmaüs, par He-Qi

 

 

voir aussi : Mauvaises fréquentations, Savoir-vivre

Quand Matthieu rapporte "je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs", ça lui demande quand même une certaine gymnastique intellectuelle. C'est que la justice est une de ses préoccupations importantes sinon essentielles. Alors oui, il souligne que Jésus a refusé l'ostracisme, qu'il a accueilli chacun comme il était, mais dans l'esprit de Matthieu, c'est pour les faire rentrer dans le rang. C'est le même Matthieu, seul, qui dit que pas un iota de la Loi n'est à négliger. Matthieu reste dans une perspective de fin des temps, on est au bout, il faut être parfaits. Matthieu est le seul aussi, des quatre évangélistes, à parler d'un jugement final.

La perspective de Jésus était en vérité très différente. S'il accepte tout le monde, c'est que lui se situe dans un commencement et non une fin. Ce qui est essentiel, pour lui, c'est de se mettre en route, faire un pas. C'est la seule chose qui lui importe, car à chaque pas dans la bonne direction, c'est le Royaume qui grandit. Pour Jésus, le royaume n'est pas un tout ou rien, un avenir plus ou moins lointain dans lequel on basculera d'un coup, et ce sera fini, il y aura ceux qui y seront et ceux qui n'y seront pas. Non, le royaume est de tous temps. Faire un pas dans le royaume, c'est être dans le royaume.

Des publicains et des pêcheurs qui font la fête avec leur ami qui vient de prendre une décision radicale, qui se réjouissent et sont heureux pour lui, sont dans le royaume. Des pharisiens qui font la moue parce que ces publicains ne sont pas des gens assez biens selon leurs critères, ne sont pas dans le royaume. Oui, c'est aussi simple que ça, le royaume.

Commenter cet évangile