Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Fauteur de péché

Lun. 14 Mai 2012

Jean 15,22 - 16,4 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

« Si je n'étais pas venu, si je ne leur avais pas parlé, ils n'auraient pas eu de péché, mais à présent leur péché est sans excuse. Celui qui a de la haine contre moi a de la haine aussi contre mon Père. Si je n'avais pas fait parmi eux ces oeuvres que personne d'autre n'a faites, ils n'auraient pas eu de péché. Mais à présent ils ont vu, et cependant ils sont pleins de haine contre moi et contre mon Père. Ainsi s'est accomplie cette parole écrite dans leur Loi : Ils m'ont haï sans raison. 

« Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d'auprès du Père, lui, l'Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous rendrez témoignage, vous qui êtes avec moi depuis le commencement. 

« Je vous dis tout cela pour que vous ne risquiez pas de tomber On vous exclura de la synagogue. Et même, l'heure vient où tous ceux qui vous tueront s'imagineront offrir ainsi un sacrifice à Dieu. Ils le feront parce qu'ils ne connaissent ni le Père ni moi. Mais voici pourquoi je vous dis tout cela : quand cette heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l'avais dit. Je ne vous l'ai pas dit dès le commencement, parce que j'étais avec vous. » 

 

 

La venue de l'Esprit saint, par He-Qi

 

 

voir aussi : Passage de témoin, ... et sans excuse

"Si je n'étais pas venu, ils n'auraient pas eu de péché" : si on pense à la différence entre la notion juive d'erreur et ce qu'elle est devenue sous le nom de péché pour les chrétiens, on pourrait effectivement ironiser sur le péché dont la venue de Jésus serait la cause. Sauf que ce n'est pas Jésus qui a inventé la notion de péché telle que l'entendent les chrétiens. Revoyons donc un peu ce glissement de sens de plus près.

Pour les juifs, ce qui va devenir le péché pour les chrétiens, n'est qu'une erreur de jugement. Littéralement en hébreu : rater la cible. On a essayé d'évaluer une chose, une décision, en conscience, avec toute l'intelligence et les sentiments dont on est capable, et on se rend ensuite compte qu'on s'est planté. Le mot grec ici utilisé participe de la même idée. Littéralement : pas de part ; comme qui dirait dans un concours de tir à l'arc, ceux qui n'atteignent pas la cible ne seront même pas classés.

Dans le passage d'aujourd'hui, il est donc d'abord simplement dit que ceux qui n'ont pas adhéré à Jésus sont passés à côté d'une bonne occasion qui leur était offerte. On est très loin de l'idée de faute volontaire que comporte la notion de péché dans la dogmatique chrétienne, et vers laquelle le texte penche ensuite avec ce 'sans excuse'. Ce n'est pas ce que Jésus exprima pour sa part sur la croix : "ils ne savent pas ce qu'ils font".

Commenter cet évangile