Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Du bien des veuves

Sam. 9 Juin 2012

Marc 12, 38-44 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Dans son enseignement, il disait : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à sortir en robes solennelles et qui aiment les salutations sur les places publiques, les premiers rangs dans les synagogues, et les places d'honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et affectent de prier longuement : ils seront d'autant plus sévèrement condamnés. » 

Jésus s'était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait la foule déposer de l'argent dans le tronc. Beaucoup de gens riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s'avança et déposa deux piécettes. Jésus s'adressa à ses disciples : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le tronc plus que tout le monde. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a tout donné, tout ce qu'elle avait pour vivre. » 

 

 

Ruth et Noémie, par He-Qi

 

 

voir aussi : Veuves et veuve

Tout Jésus est là : on est à un moment-clé de son histoire. Il vient d'investir le Temple, c'est une déclaration de guerre qu'il a faite aux saducéens. De fait nous avons vu défiler tous ses adversaires pour croiser le fer des joutes oratoires. Tout le monde sait que son arrestation est imminente, si ce n'est aujourd'hui ce sera demain. Et lui semble s'être assis là, à ne rien faire de précis que regarder en curieux la foule. Il ne donne pas le sentiment d'un homme aux abois.

Mieux, dans ce climat de tension extrême, il ne trouve rien de mieux que de remarquer, encore une fois, une de ces petites gens, de ceux auxquels personne ne prête jamais attention. C'est ça, Jésus. Il n'est pas un grand théoricien, un beau parleur, un orateur charismatique. Tout cela, il peut l'être quand il le faut, mais ce n'est pas son truc. Lui, ce qui l'intéresse, ce qui le fait bouger, ce sont les gens. Et de préférence, les petits, les pauvres, ceux qui laissent tout le monde indifférent.

Les autres faisaient pourtant tout pour se faire remarquer, se déplaçant à grands pas vers le tronc, prenant bien garde que leurs pièces fissent du bruit en y tombant. Elle a du s'en approcher presque en catimini, honteuse elle-même de la modestie de ce qu'elle pouvait donner, le déposant subrepticement de peur d'un haussement de sourcils de ces augustes personnes. C'est pourtant d'elle que nous nous souvenons encore aujourd'hui.

Commenter cet évangile