Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Serpent à plumes

Ven. 13 Juillet 2012

Matthieu 10, 16-23 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

« Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc adroits comme les serpents, et candides comme les colombes. 

« Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez traînés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. 

« Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. 

« Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé. 

« Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Amen, je vous le dis : vous n'aurez pas encore passé dans toutes les villes d'Israël quand le Fils de l'homme viendra. » 

 

 

Le sacrifice d'Abraham, par He-Qi

 

 

voir aussi : Course d'obstacles, Champ de bataille

Presque sans transition, nous passons d'un contexte (hier) de mission des disciples à l'époque de Jésus, à un contexte de mission des premiers chrétiens après sa mort. Du temps de Jésus, au moins dans la première période, galiléenne, il n'y avait pas de persécutions à craindre. Le pire pouvait être de ne pas être accueilli, entendu. Aujourd'hui, il s'agit clairement de la situation conflictuelle entre le judaïsme traditionnel et les adeptes de la voie, comme s'appelaient eux-mêmes les membres des premières communautés proclamant la venue de Jésus au-delà de sa mort.

Il s'agit bien ici des seules persécutions dues aux juifs 'orthodoxes'. On ne parle pas encore de persécutions romaines. "il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens" indique clairement que 'eux', ceux qui "vous livreront, flagelleront, traîneront devant gouverneurs et rois" sont les juifs et non les païens. Les exactions décrites sont très dures : délations entre membres de la même famille et menant à la mort ! Par recoupement avec ce que dit Luc dans les Actes des Apôtres, et ce qu'avoue Paul lui-même dans ses lettres, on peut conclure qu'il y eut vraiment un climat de chasse à l'homme, initié par les sadducéens, et sans doute soutenu par une partie des pharisiens.

Le texte recommande, de manière très pragmatique et réaliste, un comportement de type à la fois profil bas, mais aussi front haut. Profil bas : "soyez adroits comme les serpents, méfiez-vous, si le danger devient trop grand déménagez". Front haut : "candides comme les colombes, ce sera un témoignage pour eux, ce que vous aurez à dire vous sera donné". En gros, avant d'être pris, tout faire pour que ça n'arrive pas, une fois pris, de toute façon ce sera la mort, donc rester fier, en prendre résolument son parti et s'en servir pour servir la cause. Il ne s'agit pas de jouer les kamikazes ! On a beau être certains que l'Esprit est de notre côté, il faut être réalistes, si on y passe tous, l'Esprit tout seul ne pourra plus faire grand chose...

Il semble, pourtant, que l'attitude de Jésus lui-même, à la fin de son ministère, ne fut pas celle-ci. Certes, lui aussi quitta parfois la Judée pour se replier en Galilée quand ça commençait à trop sentir le roussi. Et on ne peut absolument pas dire qu'il voulut jamais mourrir, même pas pour 'racheter le péché du monde', 'sauver le genre humain', ou autres prétentions orgueilleuses. Pourtant, à un moment, sans doute lors de l'événement relaté sous le nom de sa 'transfiguration', il prit une décision, retourner à Jérusalem, dont il savait qu'elle entraînerait inéluctablement sa mise à mort. Sans doute la limite entre prudence et lâcheté...

Commenter cet évangile