Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

L'enseignant enseigné

Mar. 17 Avril 2012

Jean 3, 9-15 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? » 

Jésus lui répondit : « Toi, tu es chargé d'instruire Israël, et tu ne connais pas ces choses-là ? Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous n'acceptez pas notre témoignage. Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ? 

« Car nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. » 

 

 

L'enfant Jésus au Temple, par He-Qi

 

 

voir aussi : L'homme qui monte, qui monte ..., Élever le regard

C'est la suite du texte d'hier. Jésus vient de parler à Nicodème de la seconde naissance. Selon les catégories de l'évangéliste Jean, la naissance de l'homme spirituel (l'homme né de l'esprit) se produit dans un homme terrestre. En ce sens, il s'agit bien d'une "chose de la terre", par oppositions aux "choses du ciel" qui concernent, elles, à strictement parler, l'homme spirituel une fois qu'il est né.

Nous voyons à quel point l'évangile de Jean est proche du gnosticisme. Il n'y a que la gnose qui puisse ainsi parler du ciel de manière séparée de la terre. Pour les juifs, l'homme est un tout, indissociable. Pour ma part, aussi. L'esprit ne peut pas exister par lui-même, dans un splendide isolement de la matière. Au contraire, à mon sens, la plus haute spiritualité est celle qui s'incarne le plus, qui prend le plus en compte le matériel, qui l'assume au plus haut point et s'y enracine le plus profondément.

Qui veut faire l'ange, fait la bête.

Commenter cet évangile