Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Où ça ?

Mar. 27 Mars 2012

Jean 8, 21-30 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Jésus leur dit encore : « Je m'en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où moi je m'en vais, vous ne pouvez pas y aller. » Les Juifs disaient : « Veut-il donc se suicider, puisqu'il dit : 'Là où moi je m'en vais, vous ne pouvez pas y aller' ? » 

Il leur répondit : « Vous, vous êtes d'en bas ; moi, je suis d'en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C'est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. Si, en effet, vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. » 

Ils lui demandaient : « Qui es-tu donc ? » Jésus leur répondit : « Je n'ai pas cessé de vous le dire. J'ai beaucoup à dire sur vous, et beaucoup à condamner. D'ailleurs celui qui m'a envoyé dit la vérité, et c'est de lui que j'ai entendu ce que je dis pour le monde. » 

Ils ne comprirent pas qu'il leur parlait du Père. Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien par moi-même, mais tout ce que je dis, c'est le Père qui me l'a enseigné. Celui qui m'a envoyé est avec moi ; il ne m'a pas laissé seul parce que je fais toujours ce qui lui plaît. » 

Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui. 

 

 

Le matin de Pâque, par He-Qi

 

 

voir aussi : Moi, Je, Je suis ! Tu suis ?

De nouveau les constructions johaniques. Il y a clairement un discours, construit pour nous démontrer ce qu'on veut nous démontrer. Qu'est-ce qui a pu être réellement de Jésus dans tout ça ? Certainement pas grand chose.

Jésus a su à l'avance que ça se terminerait mal pour lui. Pas besoin d'être devin pour ça. Il gênait trop de monde, et il n'avait l'intention ni de se trahir lui-même en basculant du côté politique, ni de laisser tomber. Mais il n'avait aucune idée de ce qu'il se passerait pour lui une fois mort. À part le concept assez partagé de résurrection collective à l'avènement du Royaume, il ne pouvait pas imaginer autre chose.

Quand Jean lui fait dire 'je suis', il y a derrière son emploi de cette expression toute la théologie du Verbe incarné et de la résurrection. Pour Jésus, s'il l'a jamais utilisée, ce ne pouvait être que comme affirmation de sa conscience d'être à la place qu'il devait avoir, de tenir le rôle qui devait être le sien, bref, simplement, de répondre à sa vocation. Le reste, ce sont les chrétiens qui ont complété. À bon escient ?

Commenter cet évangile