Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Dis-moi qui tu crains...

Sam. 2 Juin 2012

Marc 11, 27-33 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Jésus et ses disciples reviennent à Jérusalem. Et comme Jésus allait et venait dans le Temple, les chefs des prêtres, les scribes et les anciens vinrent le trouver. Ils lui demandaient : « Par quelle autorité fais-tu cela ? Ou bien qui t'a donné autorité pour le faire ? » 

Jésus leur dit : « Je vais vous poser une seule question. Répondez-moi, et je vous dirai par quelle autorité je fais cela. Le baptême de Jean venait-il du ciel ou des hommes ? Répondez-moi. » 

Ils faisaient en eux-mêmes ce raisonnement : « Si nous disons : 'Du ciel', il va dire : 'Pourquoi donc n'avez-vous pas cru à sa parole ?' Mais allons-nous dire : 'Des hommes' ? » Ils redoutaient la foule, car tout le monde estimait que Jean était réellement un prophète. 

Ils répondent donc à Jésus : « Nous ne savons pas ! » Alors Jésus leur dit : « Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais cela. » 

 

 

Le sacrifice d'Abraham, par He-Qi

 

 

voir aussi : Poker menteur, Jeu d'échecs

Jean-Baptiste, déjà, avant Jésus, n'était pas tendre avec le Temple, mais il n'aurait sans doute pas osé ce que Jésus a fait, chasser les vendeurs et imposer sa loi. Jean-Baptiste avait établi son camp à distance et attendait que les gens viennent à lui. C'est le contraire de l'attitude de Jésus, qui a passé les quelques années de son ministère à de déplacer partout à la rencontre des gens, et qui a fini même par aller à la rencontre de ceux qu'il combattait.

Les autorités du Temple s'étaient déplacé, lorsque Jean-Baptiste était encore vivant, pour lui poser au fond la même question qu'aujourd'hui à Jésus : qui es-tu, comment justifies-tu ton enseignement et ton action ? Elles n'avaient évidemment pas plus été convaincues qu'elles ne vont l'être aujourd'hui. Jésus le sait très bien, mais en leur posant la question il les force à produire un contre-témoignage, à se condamner eux-mêmes, car s'ils étaient sincères, si c'était vraiment la foi qui les animait, ils ne devraient pas craindre les hommes au détriment de Dieu !

C'est bien plus qu'une pirouette, une astuce de clown, ou une ruse de renard : prouver sans contestation possible l'hypocrisie de ces adversaires qui se disent garants de l'orthodoxie. Après ça, il n'ont plus la moindre légitimité pour s'enquérir de celle de Jésus. Ils n'ont plus qu'à se retirer, la queue basse ; ou se convertir...

Commenter cet évangile