Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Coup double

Lun. 9 Juillet 2012

Matthieu 9, 18-26 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Tandis que Jésus leur parlait ainsi, voilà qu'un chef s'approcha ; il se prosternait devant lui en disant : « Ma fille est morte à l'instant ; mais viens lui imposer la main, et elle vivra. » Jésus se leva et se mit à le suivre, ainsi que ses disciples. 

Et voilà qu'une femme souffrant d'hémorragies depuis douze ans s'approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement. Car elle se disait en elle-même : « Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. » Jésus se retourna, la vit et lui dit : « Confiance, ma fille ! Ta foi t'a sauvée. » Et la femme fut sauvée à l'heure même. 

Jésus, arrivé à la maison du chef, dit, en voyant les joueurs de flûte et l'agitation de la foule : « Retirez-vous. La jeune fille n'est pas morte : elle dort. » 

Mais on se moquait de lui. Quand il eut mis la foule dehors, il entra et saisit la main de la jeune fille, qui se leva. Et la nouvelle se répandit dans tout ce pays. 

 

 

Ruth et Noémie, par He-Qi

 

 

voir aussi : Dérèglements, Histoires de femmes

Ces deux guérisons entrelacées, d'une jeune fille et d'une femme d'âge mûr, sont communes aux trois évangélistes synoptiques. Mais Matthieu les situe dans son récit un peu différemment que Marc et Luc. Pour ces deux derniers, ces deux guérisons surviennent dès la fin de l'aller et retour sur le lac coupé par la guérison du possédé. Matthieu, lui, enchaîne autrement.

Lorsque Jésus débarque, Matthieu situe en premier l'épisode permettant à Jésus d'affirmer qu'il a le pouvoir de pardonner les péchés, ce qui évidemment scandalise les légistes. Puis il relate l'appel de Matthieu, suivi du repas avec les publicains et les pécheurs, ce qui évidemment scandalise les pharisiens. S'ensuit l'affirmation que les temps qu'il vient inaugurer sont radicalement nouveaux. Et effectivement, le voilà qui s'intéresse même aux femmes, ce qui évidemment dégoûte autant les légistes que les pharisiens que les sadducéens que les esséniens etc etc...

Il faut se représenter que les évangiles avaient pour utilité première d'expliquer aux personnes qui voulaient devenir chrétiennes, entrer dans la communauté, quelle était cette foi à laquelle ils s'intéressaient. Il est certain que, pour une personne d'origine juive (c'est le public visé par Matthieu), cette série de remises en cause des conventions bien-pensantes de son milieu d'origine pouvait constituer un véritable test, une sorte d'épreuve de vérité. Aussi, si elle y réussissait, pouvait-elle s'identifier alors aux deux aveugles qui suivent immédiatement dans le récit : elle sera elle aussi une miraculée, elle aura été guérie de son aveuglement.

Commenter cet évangile