Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Menace permanente

Sam. 1 Décembre 2012

Luc 21, 34-36 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

« Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre coeur ne s'alourdisse dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l'improviste. Comme un filet, il s'abattra sur tous les hommes de la terre. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l'homme. » 

 

 

La prière à Gethsemani, par He-Qi

 

 

voir aussi : Attention !, Incessamment, Vie de prière

Je me suis expliqué, ces jours-ci, que je ne crois pas à cet événement collectif à venir, ce jour du retour du fils de l'homme, ce jour de la fin des temps. Pas comme un événement commun, partagé par tous, ni par plusieurs. C'est individuellement que nous pouvons accéder à la découverte du Père en nous, ce qui est à proprement parler découvrir le royaume, y entrer, en devenir sujet.

Cet événement survient effectivement toujours à l'improviste. Parfois, rarement, sans qu'on l'ait vraiment cherché, du moins c'est ce qu'il peut sembler à première vue. Le plus souvent, c'est après une longue recherche, avec de nombreuses fausses-routes et beaucoup de persévérance. Au cours de cette recherche, de fait, nous aurons appris à nous tenir éloignés de "la débauche, l'ivrognerie", ceci semble évident. Pour "les soucis de de vie", c'est un peu différent. Nous ne pouvons pas nous décharger de nos responsabilités comme ça, laisser tomber ceux qui ont besoin de nous. Mais il y a aussi une façon de se charger de responsabilités, que personne en fait ne nous a demandées, et qui est plutôt une fuite de soi-même qu'autre chose. À chacun de savoir discerner ici.

En Inde traditionnelle, on considère qu'il y a trois temps principaux dans la vie. Le temps de l'enfance, où l'on apprend à devenir adulte. Le temps de la responsabilité, où l'on fonde et élève sa famille. Et le temps de la recherche spirituelle. Les enfants sont devenus adultes, on peut alors se décharger de ces "soucis de la vie". Ce peut être ici une bonne méthode. Pour certains, cela peut arriver aussi entre le temps de l'enfance et celui de la fondation de sa famille, dans notre société où l'entrée dans la vie active se fait de plus en plus tard. Bon, en réalité, on ne choisit pas vraiment, mais il est bien certain qu'il nous faudra, au moins pour un temps, pouvoir nous dégager des "soucis de la vie", si nous voulons trouver le royaume.

Voilà, donc, nous nous sommes engagés sur le chemin. Nous avons appris à nous tenir éloignés des désordres de l'âme, nous apprenons à relativiser beaucoup de choses que nous croyions importantes auparavant. Et puis un jour, cela va arriver, cela va se passer. Nous l'espérions, nous l'avons attendu, imaginé, et c'est à la fois ce que nous pensions, et à la fois différent, bien mieux en réalité, infiniment mieux. Mais ce n'est pas la fin ! Non, ce n'est que le début. Car nous nous rendons compte, alors, que nous ne sommes pas capables d'y demeurer. Nous avons encore un très long chemin devant nous. Mais ce n'est pas grave. Nous avons mis un premier pied dans le royaume, et ceci ne pourra jamais nous être enlevé. Nous connaissons le chemin, et y reviendrons, tôt ou tard, souvent, autant de fois qu'il le faudra. Le royaume, alors, n'est plus ce filet qui nous tombe dessus à l'improviste. C'est là qu'il devient ce blé semé en terre, et qui germe, puis lève, puis produit son épi, au travers des vicissitudes du temps. Ou cette petite graine potagère qui devient un arbuste si grand que les oiseaux du ciel peuvent y faire leur nid. Et ça vaut vraiment le coup !

En fait, qu'est-ce qui pourrait compter d'autre ?

Commenter cet évangile