Partage d'évangile quotidien
<
Enregistrer le billet en pdf

Distribution des rôles

Mar. 19 Avril 2011

Jean 13, 21-38 traduction : Comparer plusieurs traductions sur le site 4evangiles.fr Lire le texte grec et sa traduction (anglaise) mot-à-mot sur le site interlinearbible.org

Après avoir ainsi parlé, Jésus fut bouleversé au plus profond de lui-même, et il attesta : « Amen, amen, je vous le dis : l'un de vous me livrera. » Les disciples se regardaient les uns les autres, sans parvenir à comprendre de qui Jésus parlait. Comme il y avait à table, tout contre Jésus, l'un de ses disciples, celui que Jésus aimait, Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » Jésus lui répond : « C'est celui à qui j'offrirai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l'Iscariote. 

Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui.Jésus lui dit alors :« Ce que tu fais, fais-le vite. » 

Mais aucun des convives ne comprit le sens de cette parole. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d'acheter ce qu'il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres. Quand Judas eut pris la bouchée, il sortit aussitôt ; il faisait nuit. 

Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu en retour lui donnera sa propre gloire ; et il la lui donnera bientôt. Mes petits enfants, je suis encore avec vous, mais pour peu de temps, et vous me chercherez. J'ai dit aux Juifs : Là où je m'en vais, vous ne pouvez pas y aller. Je vous le dis maintenant à vous aussi. 

« Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres. » 

Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je m'en vais, tu ne peux pas me suivre pour l'instant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois. » 

 

 

Le paradis perdu, par He-Qi

 

 

voir aussi : Traîtres et déserteurs

Comment ne pas faire le lien entre ce morceau de pain donné à manger à Judas, et le rite eucharistique, non rapporté par Jean, mais institué au cours du même repas ? Deux gestes symétriques, l'un pour donner la vie dans l'esprit, l'autre ...? La façon dont Jean relate l'épisode donne l'impression que c'est Jésus qui a inoculé Satan en Judas ! Ce n'est pourtant pas ce qu'il voulait dire.

Que se serait-il passé si Judas n'avait pas pris cette bouchée, hormis le fait que c'eut été absolument impoli de sa part. C'était un honneur que lui faisait Jésus par ce geste, un signe d'amitié par lequel, à l'époque, un hôte distinguait un convive ! En même temps, l'accepter, c'était aussi se dire honoré de cette amitié. Et c'est là que le bât a dû blesser le futur traître.

Comme tous les disciples à des degrés divers, Judas espérait une restauration de la royauté de son pays. Il a sans doute eu le tort d'être le plus lucide, celui qui a compris le premier que ce n'était pas sur ce chemin-là que les emmenait ce Jésus avec ses beaux discours sur le royaume. Mais surtout, là où les autres se laissaient quand même charmer par la grâce qui émanait de lui, Judas est resté enfermé dans son système de pensées et son idéologie.

Pierre, au contraire, se laisse aveugler par son amour. Grands sentiments et tralala, je donnerais ma vie pour toi : facile à dire tant qu'on est bien à l'abri, dans l'intimité du maître. Dès que les réalités vont ramener leur fraise, ça va être une autre chanson ! Mais cette expérience cuisante sera pour lui une occasion de rebondir ultérieurement, là où Judas ne trouveras plus que dégoût de lui-même.

Commenter cet évangile